Anne Vassivière
PARTIES COMMUNES
ISBN: 2842718097 
Éditeur: LA MUSARDINE (16/03/2017)

Une nécessité quasi vitale.

Presque une urgence.

Le constat, dans ma chair et celles de mes amies, que les relations amoureuses et charnelles étaient le lieu à vif de nos doutes, espoirs meurtris et souffrances.

J’avais à les reprendre en main.

J’ai pris le stylo, ma première vilaine feuille de papier brouillon, j’ai ouvert une porte que je n’ai plus pu refermer. S’y est engouffré un immeuble, un immeuble qui m’a parlé de lui à travers toutes les voix qu’il avait avalées.

Ses habitants me nettoyaient en dévoilant leurs pensées intimes.

Pour public averti

Par le trou de la serrure...

 

Paris, un immeuble haussmannien dont la façade est en ravalement. Derrière leur apparente respectabilité, les habitants cachent de nombreux secrets, des couples s'y forment, s'y conforment ou s'y déforment au gré des désirs. II y a, entre autres, la transformation touchante de Nadège, la très catholique propriétaire de l'immeuble, les pratiques insolites du docteur Dupuis, gynécologue, les découvertes extrêmes de Lili, la jeune première, l'idylle entre Marie, pédopsychiatre frustrée, et Jean-Do, ancien pompier bellâtre et macho... 


Une fois le livre refermé, vous ne regarderez plus jamais vos voisins comme avant ! A la façon d'un Georges Perec dans La Vie, mode d'emploi, Anne Vassivière bâtit un texte uniquement basé sur les pensées intimes et sexuelles des protagonistes, en adoptant un style différent pour chacun. Sa plume audacieuse convoque des mots forts et obscènes, aussi bien que poétiques ou ironiques. C'est en sa qualité de femme que l'auteur écrit : comme elle aime à le souligner, elle ne s'adresse pas tant à la raison des lectrices qu'à leur ventre. 


Car ce ventre et les sensations qui s'y logent relient Anne Vassivière à toutes les femmes, celles qui assument leur sexualité, celles qui s'ennuient au lit, celles qui jouissent à outrance, celles qui vivent joyeusement l'ordinaire, celles qui désirent avec ferveur...

PARTIES COMMUNES, roman choral organique

C’est un livre sur la rencontre avec soi-même et avec les autres dans le dédale des relations amoureuses et charnelles. Il s’agit d’un roman polyphonique qui donne la parole aux voix intérieures des habitants d’un immeuble : on entend alternativement ce que pensent les deux partenaires d’un même ébat ou d’une même histoire d’amour. La multitude des personnages permet de montrer à quel point nous sommes multiples. Le récit débute par une histoire qui d’emblée nous plonge au cœur de la problématique, à savoir faire voler en éclat les vieux schémas, sans fard, sans voile de décence, sans honte. On suit ensuite chaque personnage, chacun s’exprimant de la façon qui lui est naturelle, et leurs aventures s’entrecroisent. Le récit se termine par la fête des voisins, où on les retrouve ensemble pour la première fois. J’ai toujours été intéressée par la vie des gens ; j’aime me poser sur un banc et boire mes semblables du regard. Quand je mets mon œil d’écriture, le quotidien se révèle romanesque. Les gens me touchent ; je suis curieuse de leur parcours, que ce soit celui de la clocharde du coin, ou de la vielle dame du 16ème arrondissement. Plus jeune, je me souviens d’une femme chirurgienne très médiatisée à l’époque, et qui expliquait combien elle adorait mettre ses mains dans les viscères chaudes de ses patientes. L’adolescente que j’étais, comprenais exactement ce dont elle parlait. C’est ce que je fais avec mes personnages. Avec Parties Communes, j’ai voulu m’inscrire contre la romance érotique mièvre qu’on nous sert la plupart du temps. Dans ce roman, le sexe n’intervient pas pour récompenser le héros, ni pour montrer que telle femme est une salope. Chacun y cherche simplement sa part de bonheur.
(c) 2017 Anne Vassivière